Bienvenue sur le site de l'institut pour la conception éco-responsable du bâti
  • Entretien avec… Serge Sidoroff | Penicaud Green Building

    Fiche membre de Serge Sidoroff

    Quel est l’élément déclencheur dans ta démarche environnementale?

    Dans mes années lycée, j’ai forgé mes convictions écologistes par la lecture de trois livres : Quelle Terre laisserons nous à nos enfants ? de Barry Commoner, Le Cheval dans la locomotive d’Arthur Koestler et Le paradigme perdu : la Nature humaine d’Edgar Morin. Quand j’ai fait mes études d’ingénieur à l’école des Mines de St-Etienne, j’ai été secrétaire local des Amis de la Terre. Mon engagement militant s’est traduit par la suite dans mes choix professionnels : d’abord dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables, puis dans l’environnement à partir de 1993.

    Comment gères tu la diversité de tes activités (formation, commission, réseau, …) ?

    Pour les formations, après avoir monté en 2000 avec Gilles Olive, alors délégué général de l’Association HQE, la toute 1re formation sur la démarche HQE et assuré pas mal de sessions de formation continue pour Le Moniteur, le CSTB, Elegia Formations et l’UNSFA Paris, j’ai dû gérer une demande assez forte entre 2005 et 2008 notamment avec l’IPTIC (institut de formation continue de la CICF). En 2009, j’ai monté pour la branche formation continue de l’Ecole des Ponts avec Bernard Sésolis et André Pouget 4 cycles de 2 jours sur la performance énergétique des bâtiments labellisés Effinergie (2 sessions par an de chaque). Actuellement je mets en place une formation en intra pour SNC Lavalin, le groupe d’ingénierie dont Pénicaud Green Building est filiale depuis l’été 2010.

    Pour les groupes de travail et les réseaux, j’essaie d’être plus sélectif afin de dégager plus de temps pour ma vie privée. C’est pourquoi, après avoir participé aux travaux de l’annexe 31 de l’AIE, fondé et animé l’APEDEC (Association Professionnelle des Experts pour le Dévelop­pement de l’Eco-conception) comme trésorier, puis vice-président, fondé iiSBE (international initiative for a Sustainable Built Environment) et été le représentant français à son bureau, j’ai laissé tomber certains engagements comme l’action internationale de l’Association HQE ou la commission P01E de l’AFNOR pour me recentrer sur l’ICEB dont j’ai été membre fondateur, et depuis cette année co-vice-président en charge des relations internationales.

    Comment définirais-tu la spécificité de tes interventions ?

    Dans mes missions, j’apporte une double compétence :

    -environnementale, acquise en 1992-1993 au travers d’un Mastère en ingénierie et gestion de l’environnement (ISIGE), suivi de la pratique d’écobilans et d’analyses environnementales de sites, notamment des audits d’ICPE

    -bâtiment, acquise sur le tas depuis 1980 : 8 ans de BET thermique, 5 ans au CERIB, et depuis 1993 en AMO et MOE sur des bâtiments innovants HPE, HQE, LEED, 

    Est ce que tu envisages sereinement le développement de l’urbanisme et de la construction durable?

    A cette question j’ai envie de répondre en citant le titre d’un livre du regretté Pierre Fournier, écologiste de la 1re heure « Où on va ? J’en sais rien, mais on y va. … ». L’urbanisme durable, c’est quoi ? Il faut densifier pour éviter le mitage et préserver les terres agricoles (et restaurer leur fertilité mise à mal par des techniques culturales inadaptées), mais il faut aussi recréer des cultures vivrières dans les villes, gérer l’isolement des ruraux âgés, rénover thermiquement un immense parc de logements existants générateur de précarité énergétique … autant de défis qui nécessitent une bonne dose de créativité. Un effet positif de la mondialisation : trouver des sources d’inspiration dans les expériences étrangères accessibles grâce à l’internet.

    D’après toi, en quoi ce caractérise la démarche éco-responsable de l’ICEB?

    Ce qui fait la richesse de l’ICEB, c’est la diversité des compétences et des cultures qu’on y croise, qui permettent une réflexion transdisciplinaire plus nécessaire que jamais pour répondre aux défis précités auxquels il faut ajouter le changement climatique et l’épuisement des ressources, et ce dans un contexte de crise financière où l’Etat comme les collectivités ont de moins en moins les moyens de leurs ambitions. On pourra apprécier les fruits de cette réflexion dans les guides thématiques commandés à l’ICEB par l’Arene IdF qui devraient être disponibles très prochainement.

    Quelles seraient tes suggestions pour faire évoluer l’association ?

    Je trouve qu’avec l’actuel conseil d’administration, le site internet, les ICEB Cafés, le permanent, les nouveaux membres qui arrivent régulièrement, l’association a pris un bon rythme de croisière. Elle aurait cependant besoin de plus de moyens pour s’impliquer davantage dans des groupes de réflexions sur des sujets d’intérêt collectifs (normalisation, certification). J’ai l’espoir que la création d’un Envirobat Ile-de-France et la coordination par lui du Résobat national permettra de financer ces actions par des financements de la Région.

    Quels sont tes projets en cours et ton projet idéal ?

    Mes projets en cours :

    • Après avoir obtenu la triple certification HQE, BBC et Leed Platinum de la tour de bureaux Carpe Diem (47 000 m² à Paris La Défense) (mission mixte AMO + MOE environnement pour Hines France), le propriétaire de cette tour nous a confié en 2013 une mission d’AMO pour engager le siège social d’AVIVA France (47 000 m²) dans une certification HQE exploitation sur l’axe propriétaire. Nous engageons cette année cette certification sur les axes gestionnaire et utilisateur.
    • Après avoir livré le bâtiment « Evaluation » de Chevilly Larue à l’Oréal (architecte L. Colson, MOE HQE, bâtiment BBC), nous démarrons le projet d’un nouveau bâtiment de laboratoire sur le même site avec un objectif HQE BEPOS
      Après avoir participé au projet de l’extension du musée du Louvre à Lens, l’équipe Penicaud travaille actuellement sur la rénovation-restructuration du bâtiment de la poste de la rue du Louvre à Paris avec l’architecte Dominique Perrault, qui vise une triple certification HQE, Leed et Breeam sur un complexe multi-activités

    Mon projet idéal ? c’est plutôt l’équipe de maîtrise d’œuvre idéale que je souhaite décrire : une équipe au sein de laquelle chacun est à l’écoute de l’autre dans le respect de ses compétences, où les BETs sont capables de prendre une part active à la conception en travaillant en partenariat étroit avec l’architecte dès l’esquisse, une équipe pour qui le confort et le porte monnaie des occupants sont la 1ère priorité. De telles équipes existent, et j’ai eu le privilège de travailler avec certaines d’entre elles, c’est ce qui me rend optimiste.

  • iceb café
    22 Oct 2018 à 18h30

    La qualité de l'air intérieur

    libre - Sur réservation exclusivement

    En savoir plus
Articles similaires

UA-124718602-1