Bienvenue sur le site de l'institut pour la conception éco-responsable du bâti
  • ICEB Café | 26 mai 2014 – Le scénario négaWatt

    SUJET

    Il s’agit d’un scénario de transition énergétique réaliste et soutenable avec la volonté de diviser par deux la consommation d’énergie finale en 2050 et de se passer du nucléaire et des énergies fossiles.

    Le scénario négaWatt a calculé d’un côté les consommations en pétrole, gaz, uranium et énergies renouvelables, et de l’autre, les besoins en chaleur, mobilité, et électricité (ce n’est que 21 % du problème, mais 99 % du débat !).

    La démarche négaWatt repose sur trois piliers.

    • Sobriété : prioriser les besoins et les services énergétiques essentiels
    • Efficacité : privilégier les chaînes énergétiques efficaces de la ressource à l’usage
    • Renouvelables : passer à des énergies de flux

    Il existe trois types de sobriété : dimensionnelle (les voitures sont trop lourdes car on déplace 20 fois plus de poids que la personne transportée) ; d’usage (niveau et durée d’utilisation et d’exploitation : ordinateur allumé 70 heures par semaine par exemple) ; et coopérative (organisation collective et mutualisée du territoire et de l’urbanisme).

    Il existe quatre types d’efficacité : efficacité éco-constructive (énergie grise : consommation d’énergie liée aux matériaux) ; énergie utile (isolation, véhicule hybride se rechargeant en descente, maison solaire) ; énergie finale ; énergie primaire.

    Quelques recommandations du scénario négaWatt

    • Nécessité d’un grand plan de rénovation sur 35 ans, en commençant par les vieux bâtiments : 750 000 logements à rénover par an.
    • Des véhicules plus légers et électriques dans les villes, et de l’auto-partage et du co-voiturage dans des voitures plus grosses pour les longues distances, en réduisant les déplacements contraints, par le télétravail notamment.
    • Une sortie du nucléaire serait possible en 2033 si on avait démarré en 2012 : sûreté nucléaire, sécurité électrique, maîtrise industrielle. Plus on retarde le démarrage, plus la sortie est repoussée.
    • Cogénération entre le réseau de gaz et le réseau électrique.

    Conclusion

    • Le scénario de l’Ademe (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) élaboré par 200 ingénieurs est proche de celui de négaWatt, de même que celui de GrdF (Gaz Réseau Distribution France).
    • Il y a un problème de temporalité entre les chercheurs, les industriels, les politiques et la haute finance.
    • Dans le scénario négaWatt, il y aurait 2,5 fois plus d’emplois : moins dans les transports et les énergies classiques, et beaucoup sur les énergies renouvelables et le bâtiment.
    • Selon des estimations de l’OFCE (Office Français des Conjonctures Économiques) et de l’Ademe, le scénario négaWatt permettrait une croissance du PIB de 4 points en volume : équipements, services, construction.
    • En ne faisant rien, la facture énergétique monterait à 4 564 milliards en 2050.

    INTERVENANTS

    Thierry Salomon, énergéticien, président de négaWatt, a été l’invité de l’ICEB Café du 26 mai dernier pour présenter le 3ème scénario négaWatt.


    LIEU

    La Maison de l’Architecture en Ile-de-France

    148 rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

    Métro : Gare de l’Est

  • iceb café
    28 Mai 2018 à 18h00

    Recyclage des plastiques dans le bâtiment

    libre - Sur réservation exclusivement

    En savoir plus
Articles similaires