Bienvenue sur le site de l'institut pour la conception éco-responsable du bâti
  • Entretien avec… Sophie Brindel-Beth | Architecte DPLG

                                                                                                           Fiche membre de Sophie Bindel-Beth

    Quelle est votre approche au quotidien de la qualité environnementale du bâti ?   

    Je travaille pour le service environnement d’un groupe d’architecture (SLH). A ce titre nous intervenons sur la programmation et la conception de la qualité environnementale des bâtiments. Nous visons à intégrer cette démarche en amont et à chaque étape des projets qui nous sont confiés. L’objectif étant de faire partager avec les maîtres d’ouvrages une réflexion sur l’usage des bâtiments, leur gestion à long terme et sur la qualité de vie que nous pouvons favoriser.

     

    Quelle est votre formation, votre métier de base ?

    J’ai une double formation d’architecte et d’ingénieur ENPC, ce qui m’a permis de pouvoir intégrer dès le début de ma carrière les contraintes liées à la conception et aux aspects techniques. En France nous sommes dans la dichotomie entre l’architecte issu d’une école d’art et les écoles d’ingénieurs qui sont souvent considérées comme normatives et peu ouvertes sur la conception. J’ai voulu dépasser ce stéréotype et comprendre les fonctionnalités spécifiques à chaque métier. Heureusement les choses commencent à évoluer…

    Votre parcours pour arriver à la qualité environnementale du bâti ? 

    J’ai monté en 1973 un cours à Paris VII sur l’environnement, ce qui était un concept assez novateur pour l’époque. Les thèmes abordés concernaient ; la qualité de vie, l’ambiance de travail, les bâtiments flexibles, adaptables… C’était les prémices de la notion d’économie d’énergie dans les bâtiments et cela coïncidait avec le 1er choc pétrolier. Lors de ces cours nous avions même réfléchi à des hypothèses utopistes comme l’utilisation de l’énergie solaire ! Ce qui m’a conduit à me retrouver plus tard dans des groupes de travail sur les réglementations thermiques de 82 -88 – 2000 et 2005. Pour la RT 2012,la DHUP devait consulter l’ICEB mais ne l’a pas fait …  rt 2012

    Quelle relation entre votre cœur de métier et la qualité environnementale du bâti ? 

    Pour moi les deux aspects sont liés puisque mon cœur de métier est la qualité environnementale. Ayant travaillé sur la réalisation de nombreux groupes scolaires, j’ai développé une approche de conception qui prend en compte les éclairages naturels et l’isolation phonique des bâtiments. Pour moi la qualité de vie est fondamentale, elle prend en compte l’espace, la santé. Par exemple le lycée de Charenton qui vient d’être inauguré a fait l’objet d’une réflexion toute particulière sur le plan acoustique. En effet cet établissement situé entre l’autoroute A4 et les voies ferrées présentait des contraintes environnementales fortes, nous avons privilégié l’optimisation de la lumière naturelle tout en préservant phoniquement le bâtiment.

    Quels conseils donneriez-vous à un maître d’ouvrage qui souhaite réaliser un bâtiment conforme aux principes de la démarche environnementale ?

    •  Tout d’abord bien définir le concept et les ambitions du projet, ne pas partir sur un projet trop utopiste.
    •  Bien réfléchir aux moyens mise en œuvre entre les ambitions et les moyens financiers et humains
    •  Etre clair sur la relation maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre dans une relation de respect mutuel, privilégier la qualité des relations de travail
    •  Avoir les moyens de ses ambitions
  • iceb café
    12 Mar 2018 à 18h30

    De la grande accélération à la décroissance conviviale

    libre - Sur réservation exclusivement

    En savoir plus
Articles similaires