Bienvenue sur le site de l'institut pour la conception éco-responsable du bâti
  • ICEB Café | 18 oct 2010 – Visite du groupe scolaire 0 énergie à Pantin

    SUJET

    1er ICEB Café « hors les murs » à l’école St Exupéry de Pantin (93)

    Exceptionnellement les membres de l’ICEB s’étaient donnés rendez vous dans le tout nouveau groupe scolaire inauguré le mois dernier pour une visite commentée du site.

    Ce bâtiment exemplaire sur le plan environnemental et sobriété énergétique est d’ores et déjà une référence. L’objectif 0 énergie comprend tous les usages, y compris la cuisine (fours, chambres froides et vaisselle) qui est le poste le plus consommateur d’énergie.

    Le groupe scolaire St Exupéry a bénéficié d’une équipe de maîtrise d’œuvre très complète rassemblant les talents de l’atelier méandre, Alto ingénierie pour le BET Fluides et Thermique ainsi qu’en assistance à la maîtrise d’ouvrage CPO Programmistes et Tribu en AMO HQE.

    Avec la construction de l’école Saint Exupéry, le maître d’ouvrage, la ville de Pantin et méandre ont choisi de faire un pari sur l’avenir. Un choix ambitieux avec 3 bâtiments « zéro énergie » ayant pour objectif de limiter l’impact environnemental. Les bâtiments consommeront autant d’énergie qu’ils en produiront grâce à 1168 m² de toiture photovoltaïque avec une production estimée de 110 500 kWh/an redirectionnés sur le réseau ERDF.

    Situé le long du canal de l’Ourcq sur un terrain de 5000 m² (Shon 3750m ²), le groupe scolaire comprend 4 classes maternelles, 8 classes élémentaires, un centre de loisirs et un restaurant scolaire. L’ensemble réparti sur 3 bâtiments peut accueillir 450 enfants. Un chantier réussi, une école toute neuve : la preuve par l’exemple qu’il est possible de construire autrement et durablement.

    Dans la réalisation de ce projet, le rôle du maître d’ouvrage est essentiel. Tout d’abord parce qu’il prend le risque d’aller plus loin que les autres qui souvent se contentent d’imiter. La ville de Pantin est exemplaire car au-delà du discours : la politique locale contribue à la prise en compte du développement durable sur son territoire.

    En effet, les études menées pendant plus d’un an avant le début du chantier entre les architectes et les bureaux d’études ont permis de réduire au maximum les consommations énergétiques avec pour objectif de limiter les besoins sur chaque poste et de faire appel à des systèmes utilisant les énergies renouvelables.

    Avec la conception de l’école Saint-Exupéry, l’équipe de maîtrise d’œuvre est intervenue sur les curseurs de la qualité environnementale à l’extrême : étanchéité à l’air et zéro énergie. Un programme récompensé avant même sa mise en service, de part son exemplarité, le projet a été  lauréat de la 1ère session d’appel à projets pour promouvoir les bâtiments BBC, par l’ADEME Ile-de-France et la Région. Grâce à ce projet architectural la Ville de Pantin avait déjà été récompensée en 2008 en recevant le second « Grand prix de l’environnement » catégorie Énergie et Qualité Environnementale des constructions.

    Durée des travaux
    Concours juin 2007
    12 mois d’études préalables et DCE
    Chantier 16 mois
    Livraison Septembre 2010

    Structure
    Béton en rez-de-chaussée isolé par l’extérieur. Structure à ossature bois dans les étages.

    Étanchéité à l’air & isolation phonique et thermique
    Concernant l’objectif d’étanchéité à l’air, l’atelier méandre a visé un niveau d’exigence supérieur au label « Passivhauss » La méthode employée sur le chantier ; l’implication et l’adhésion par groupement d’entreprises en « macro-lots ». Comme le souligne Emmanuelle Patte architecte associée de méandre :
    « D’habitude les tests d’étanchéité à l’air sont faits par des vérificateurs en fin de chantier, du coup on n’associe pas les menuisiers, les plaquistes et les entreprises qui réalisent l’isolation, c’est un contrôle à posteriori. Nous avons fait le choix de prescrire les tests d’étanchéité dans le macro-lot » charpente enveloppe » pour que les entreprises soient solidaires et impliquées dans la performance et la qualité de l’isolation. Le test est un outil d’auto-contrôle très sensoriel (visuel et tactile) Le principe des macro-lots est de sortir de la logique traditionnelle de l’entreprise générale avec comme résultat une meilleure implication des équipes et des corps de métiers. »

    L’isolation pour les menuiseries extérieures au nord est un triple vitrage lame argon et pour les murs dans les étages 37 cm d’épaisseur avec un bardage bois.

    Chauffage et ventilation
    Le chauffage est assuré par quinze sondes géothermiques verticales de 70 mètres de profondeur reliées à une pompe à chaleur. Ce système est couplé à une ventilation double flux très économe où l’air neuf est préchauffé en récupérant la chaleur de l’air vicié extrait en maintenant les fenêtres fermées. En été au contraire, il faudra fermer les stores extérieurs « sud » le jour et ouvrir les fenêtres la nuit pour rafraîchir.

    Dans le centre de loisirs une cheminée solaire expérimentale est en test, elle aura pour but de rafraîchir en été la pièce d’activité principale. Elle repose sur le principe d’un effet venturi qui doit assurer un tirage d’air ascendant activé par la chaleur de panneaux photovoltaïques en sous toiture (voir schéma en annexe)

    Pour la confort thermique d’été, une solution passive est mise en œuvre n’utilisant aucun système de climatisation mais une enveloppe très isolante et une masse thermique intérieure pour stocker la fraîcheur et des ouvrants dans chaque pièce pour la ventilation naturelle.

    Énergie : consommation et production
    1168 m² de toiture photovoltaïque. Production 110 500 kWh/an rebasculés sur le réseau ERDF.

    12 m² de panneaux solaires thermiques qui permettent de satisfaire 50% des besoins en eau chaude sanitaire du restaurant scolaire et de l’office. Sachant que les plus grosses consommations énergétiques du bâtiment sont enregistrées au niveau de la restauration.

    L’objectif de consommation est de 27kWh/m²/an. Intégrant la cuisine, le chauffage, la ventilation, l’éclairage, l’ECS et la pompe à chaleur

    Une étude sur le suivi de l’exploitation du bâtiment est mise en route afin de suivre l’ensemble des consommations, elle sera disponible en septembre 2012. La première année permettra d’affiner les réglages et la prise en main du bâtiment par les usagers. Puis à partir de la deuxième année, de vérifier que les résultats sont bien conformes aux prévisions.

    Lumière naturelle et cadre de vie
    La meilleure lumière c’est la lumière du jour, à ce titre méandre a prévu de larges baies vitrées dans les classes qui sont orientées majoritairement au nord pour éviter l’éblouissement. Concernant les salles moins bien exposées, un système de puits de lumière sous coupole en toiture permet avec un conduit réflecteur et des lentilles de diffusion de la lumière naturelle dans les salles de cours.

    Une attention toute particulière a été apportée à l’acoustique notamment l’isolation phonique par rapport à la proximité d’une rue à fort trafic avec la mise au point au cours du chantier (une première en France) d’un triple vitrage à haute performance acoustique. A l’intérieur des classes une correction intérieure avec un plafond en fibre acoustique

    L’éclairage artificiel est prévu avec des appareils performants privilégiant l’emploi de sources économes en énergie et une variation de la lumière suivant la luminosité naturelle extérieure.

    Choix environnemental des matériaux et énergie grise
    Afin de mesurer l’empreinte écologique du bâtiment dans sa phase de construction et d’exploitation, l’atelier méandre a étudié l’impact environnemental annuel et les rejets sur 5 indicateurs sur toute la durée de vie du bâtiment (de la construction à la déconstruction) en terme d’effet de serre, d’énergie primaire, de consommation d’eau, de déchets et de déchets radioactifs. Ce travail a été mené avec Energies Demain sur le logiciel Econsten avec la base de données Ecoinvent et présenté lors d’un ICEB Café.

    L’école est ouverte sur la ville vers le canal mais aussi vers le mouvement de la rue Delizy avec un mur acoustique de pavés de verre qui donne une vision kaléidoscopique.

    Maîtrise d’oeuvre
    Atelier méandre
    ALTO Ingénierie, BET Fluides & thermique
    EVP Ingénierie, BET structures béton et métal
    Anglade Structure Bois, BET structure bois
    ATPI, VRD
    Novorest ingénierie, cuisiniste
    Panorama , paysagiste
    Acoustique Vivié, acousticien
    Cabinet Poncet ,économiste)
    SD Ingénierie, pilote

    Programme et maîtrise d’ouvrage
    CPO, programmiste)
    Tribu, AMO HQE
    Certivéa, certificateur HQE
    Socotec, bureau de contrôle
    Qualiconsult ,SPS

    Entreprises
    Structure : Rabot Dutilleul
    Enveloppe : Aux Charpentiers de France, Mathis, Repisol, DMP, Menuiseries Daubigney, Tenesol,
    BET étanchéité à l’ai : Manexi
    Fluides : Péchon/Axel
    Ascenseur : Thyssenkrupp Ascenseurs
    Equipement de cuisine : Le Cloarec
    Pavés de verre : Saverbat
    Aménagements extérieurs : La Moderne/Vert Limousin
    Propreté chantier : NSP

    Budget
    Coût des travaux 8,5 M€ ht


    INTERVENANTS

    Commentée par :

    Emmanuelle Patte architecte (atelier méandre)

    Florence Cinotti (BET Alto ingénierie)

    Rodolphe Raguccia paysagiste (Panorama)


    RESSOURCES

    Télécharger la présentation : Construction de l’école Antoine de Saint-Exupéry


    LIEU

    La Maison de l’Architecture en Ile-de-France

    148 rue du Faubourg Saint-Martin, 75010 Paris

    Métro : Gare de l’Est

  • iceb café
    17 Déc 2018 à 18h30

    Retours d'expérience sur le commissionnement

    libre - Sur réservation exclusivement

    En savoir plus
Articles similaires

UA-124718602-1