Bienvenue sur le site de l'institut pour la conception éco-responsable du bâti
  • COP21 | Cycle Hors la loi, conférence 1 « Être hors la loi, ça veut dire quoi ? »

     

    CYCLE DE CONFERENCES HORS LA LOI
    A l’occasion de la COP 21, l’ICEB et CO2D ont lancé une série de conférence sur le thème « Hors la loi, pour dépasser la loi". Lors de la première conférence, le 28 septembre, des professionnels de la conception écoresponsable, architectes, ingénieurs, ont témoigné de leurs difficultés à réaliser des bâtiments à la hauteur des enjeux du changement climatique et du dérèglement énergétique. Difficultés qui les amènent souvent à se situer hors des standards, normes ou réglementations pour les dépasser (boite à outils proposée lors de la conférence 2). La troisième conférence, qui achève le cycle, présente de tels bâtiments, inscrits dans le concept de bâtiment frugal.


    Conférence 1 – « Etre hors la loi, ça veut dire quoi ? »



    Le 28 septembre 2015, 17h – 21h, à la Maison de l’Architecture, 148 rue du Faubourg St Martin, 75010 Paris

    SUJET

    L’idée était de poser la question du hors la loi et examiner pourquoi et à quel moment nous prenons la décision de transgresser la loi pour faire ce que nous croyons bon pour l’humanité, dans le cadre de la lutte contre ou l’adaptation au changement climatique ?

    • Les enjeux : nationaux et globaux
    • Les retours de terrain : témoignages de concepteurs et maîtres d’ouvrage
    • La vision d’un grand témoin

    INTERVENANTS

    Rémi Marcus, Association des Professionnels en Conseil Carbone

    Patrick Viveret, philosophe et essayiste altermondialiste

    Bernard Blanc, Directeur Général d’Aquitanis


    RESSOURCES

    Retranscription de la conférence sous forme de livret papier :

     

    • LE HORS-LA-LOI ILLUSTRÉ, vol. 2 : Nous avons besoin de vous pour financer la suite ! Participer à notre campagne de financement ci-dessus.
    • LE HORS-LA-LOI ILLUSTRÉ, vol. 3 : Nous avons besoin de vous pour financer la suite ! Participer à notre campagne de financement ci-dessus.

     


    SYNTHESE

    Rémi Marcus nous a parlé du changement climatique. Il l’a remis en perspective dans l’histoire de notre planète et soulevé des questions essentielles et incontournables pour l’humanité.

    Patrick Viveret a parlé, lui, de crise chrématistique. Mot savant pour nous aider à discerner d’où viennent les problèmes et comment nous pouvons agir ? Face à ce constat, il faut distinguer légitimité et légalité. Hiérarchiser ce qui est vraiment important et se désengluer des chimères de la surconsommation. Il a souligné que la crise est une occasion de créativité. Transgresser la loi dans le but de chercher un droit plus juste, plus éthique, évolutif, pour provoquer des débats publics. Etre du côté du vivant, du désir, réinventer une démocratie de qualité, pas seulement la loi du nombre mais le dialogue, la participation, l’intelligence collaborative. La frugalité n’est pas imposée mais devient désirée, désirable. Elle redonne de la place, du jeu. Elle transforme le positionnement habituel défensif, agressif en énergie positive, créative.

    Plusieurs professionnels du bâtiment présents dans la salle nous ont fait part de leurs expériences :

    • Sébastien Eymard avec sa démarche de projet « architecture sans construction » où chaque intervenant peut prendre sa part de responsabilité : il faut tout au long du projet, construire un lieu d’échange et construire ainsi l’adhésion ;
    • Vladimir Doray a partagé le sentiment de solitude qui parfois étreint l’architecte écoresponsable quand, par conviction, il se met à étudier un sujet dont il n’a pas été saisi ;
    • Philippe Madec a rappelé le dur combat de la ventilation naturelle ;
    • Stéphane Cochet nous a parlé de l’utilisation du bois en structure pour des immeubles de logement R+6 ;
    • Jean-Marc Weill nous a mis en garde : transgresser la loi d’accord, mais il faut d’abord la connaitre et la comprendre.
    • Eric Escande a partagé des expériences de plomberie borderline.

    Enfin, Bernard Blanc, notre grand témoin, nous a raconté comment Aquitanis, très vieille et honorable institution de 400 personnes a appris à être un peu moins raisonnable, à faire un peu de bricolage, à passer de dinosaure à colibri ; un changement de posture inspiré par les travaux de la sociologue Marie-Christine Jaillet sur la dimension anthropologique plutôt que fonctionnaliste du logement. Il ne s’agit plus de loger des populations passives, mais de créer des lieux de vie, des biotopes où la vie, les personnes, pourront s’épanouir. Il nous a aussi montré qu’il existe des moyens pour être autorisé à « faire un pas de côté » : s’engager sur ses objectifs en tant que bailleur, susciter l’enthousiasme. Le désir de changer les règles est un fait de société, pas seulement un problème de construction.

     

  • iceb café
    12 Mar 2018 à 18h30

    De la grande accélération à la décroissance conviviale

    libre - Sur réservation exclusivement

    En savoir plus