Bienvenue sur le site de l'institut pour la conception éco-responsable du bâti
  • Retour sur l’ICEB Café « La filière bois face à la nouvelle doctrine des pompiers »

    Introduction par Alain Bornarel : Le recours au bois et aux matériaux biosourcés est de plus en plus fréquent. On le constate, notamment, sur les bâtiments liés aux Jeux Olympiques de Paris en 2024.

    En mars 2021, ADIVbois publiait, au nom de la filière, quatre  notes de préconisation spécifiant la prise en compte du risque incendie pour les bâtiments dont le plancher bas du dernier niveau est entre 8 et 28m. Ces notes apportent des solutions dans un grand nombre de cas de figures et, dans d’autres, appellent à mobiliser l’intelligence collective.

    En juillet 2021, les pompiers de Paris, sous couvert de la Préfecture de Police, publient un document intitulé « doctrine pour la construction des immeubles en matériaux biosourcés et combustibles ». On sait que les réflexions d’aujourd’hui des pompiers de Paris sont les réglementations de demain. Un des objectifs de ce document est de simplifier les notes ADIVbois censées comporter un trop grand nombre de cas spécifiques. Cette mise en place, sous prétexte de simplification, d’une règle normative ne facilite pas, loin de là, le recours aux biosourcés.

    Lors de cet ICEB Café, les différents experts ont fait le point sur ce sujet et répondu aux diverses questions.

    Documents : https://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/sites/default/files/Documents/210720_Doctrine_bois_PP.pdf

    Introduction par Alain Bornarel, ingénieur et fondateur Tribu, fondateur de l’ICEB. Animation par Michel le Sommer, ingénieur ESB, Ingénieur environnement et dirigeant de la société « Le Sommer environnement »

    Les intervenants sont :

    • Yves-Marie Ligot, BET spécialisé dans la construction bois
    • Edith Akiki, ingénieure , co-gérante de Tribu
    • Ronan Béziers la Fosse, Directeur technique adjoint de BTP Consultants
    • Daniel Wawszczyk, compagnon  charpentier, Président de « Caillaud Ile de France-Charpente bois et métal ».

    Tableau synthétique réalisé par Tribu

    protection passive partielle : protection uniquement de la structure bois ou biosourcée ; protection généralisée : protection de tous les éléments bois et biosourcés

    Cette doctrine s’impose à tous les matériaux biosourcés.

    La doctrine s’applique à la réhabilitation et aux surélévations. En page 3 : la doctrine s’applique « indifféremment aux bâtiments d’habitation, aux bâtiments à usage professionnel (BUP) relevant du Code du Travail, aux ERP, et aux IGH, en complétant les réglementations existantes ». Dérogations possibles pour les bâtiments historiques

    En structure bois elle demande de passer les bâtiments de 2e famille >8,00m en 3e famille / façades.

    Protections passives

    La résistance au feu est obtenue avec les éléments de finition qui enferment le bois dans la paroi.

    Il existe des traitements ignifuges du bois type Woodenha. Cela peut s’obtenir avec 2BA18 + BA13 (protection passive doit être en pose directe sur le CLT > pas de vide pour mettre un rail de désolidarisation ; donc la protection n’est pas confome au dtu pour un placo par exemple > il faut poser deux placos pour la protection + placo sur rail qui ne fissure pas pour la finition) ou avec du fermacell.

    Retours d’expérience :

    • Un coupe feu 30 min est validé sur le plâtre sur lattis bois, avec un isolant combustible derrière, mais en paroi verticale uniquement. Plus d’infos : https://passerelle-ecologique.paris/isolation-de-la-salle-du-rdc/articles-maison-des-canaux/
    • REX Eliane SIMON- Région Ile de France : Dans notre opération de locaux d’enseignement à Serris, dont toutes les façades seront réalisées en structure bois et verre, le maître d’œuvre (agence Harari) nous a demandé de faire réaliser un essai au feu par le CSTB avec un module en vraie grandeur. moyennant une petite adaptation, l’essai a été concluant.

    le béton de chaux chanvre est classé EI240

    La protection au feu résulte de l’enrobage de matériaux inflammables par un matériau non inflammable, la terre ; le terre-paille enduit a la capacité de retarder la prise au feu. https://terrepaille.fr/avantagesperformances De même l’enduit terre protège bien du feu. Il faut faire des essais pour valider ces solutions.

    A prendre en compte aussi : le poids des protections passives

    Quoi qu’il en soit, ce qui est apprécié des usagers, et ce qui est beau, c’est le bois apparent à l’intérieur. Ils ne sont pas intéressés par le bois apparent à l’extérieur ni par la composition de la structure …

     

    Protection active

    Par sprinklage ou brouillard d’eau (cette dernière solution a été difficile de se faire reconnaître).

    Comment applique-t-on la doctrine quand on veut du bois apparent ? On passe à la protection active, mais peu de gens connaissent… on ne sait pas bien comment faire à ce jour.

    Fourchette : 70€ – 200 €/m² pour la protection active

    Dérogation ESSOC possible en habitation pour faire du sprinklage (qui n’était pas possible avant). Cependant la question du bois apparent se pose assez rarement en logement, on est souvent doublé, pour des raisons acoustiques.

    Il semblerait que le sprinklage soit une solution largement démocratisé dans un nombre non négligeable de pays, voisins ou plus lointains (Angleterre, USA, Finlande, …). Le problème du sprinklage c’est que les réseaux d’eau urbain ne sont pas dimensionnés pour ça (contrairement aux pays où le sprinklage est réalisé depuis longtemps (usa)).

    Stratégie politique : comment concilier sécurité et bas carbone ?

    Questions : Entre les exigences du ministère du DD qui encourage le biosourcé et le ministère de l’intérieur qui couvre les pompiers, cela ne signifie-t-il pas qu’il faille les mettre autour d’une table ?  Où en est du  coté de la  commission interministérielle qui doit refondre la règlementation incendie ?

    Un élément de réponse : Question orale n° 2069S de Mme Anne-Catherine Loisier au Sénat publiée dans le JO Sénat du 20/01/2022 :  https://www.senat.fr/questions/base/2022/qSEQ22012069S.html

    Quid de la généralisation à l’ensemble de la France ?

    Ce ne sont pas les pompiers qui écrivent les textes réglementaires. Cependant la BSPP fait référence au niveau national chez les pompiers, cela risque de faire tâche d’huile malgré tout. Il y a déjà eu la demande d’appliquer cette doctrine pour des projets en province (exemples à Lille, Laval…). Cependant hors ERP, en province les pompiers ne sont pas toujours interrogés

    Par ailleurs, les pompiers de la BSPP75 connaissent le guide CSTB de propagation du feu en façade mais ce guide n’est pas forcement accepté.

    Quel est le risque juridique de ne pas suivre cette doctrine ? En cas d’avis défavorable, si le maître d’ouvrage passe outre, il endosse la responsabilité en cas de sinistre : pour le maire le risque c’est du pénal si accident.

    Les pompiers ont peur de la propagation du feu pas feu couvant avec pyrolyse du bois. Il faut pour cela supprimer les vides d’air. Par ailleurs, les pompiers ne connaissent pas les techniques constructives où le bois est protégé (béton de chanvre par ex, ou autres techniques avec ossatures protégées sous enduit minéral sans vide d’air).

    La BSPP n’interdit pas la construction bois, elle critique le bois apparent. Dès lors que la structure est protégée avec des protections passives c’est OK. Le problème c’est l’interdiction de percements de ces doublages malgré les annexes feu eurocode V.

    Pour aller plus loin :

    • enquête de IBC (Ingénierie Bois Construction) en cours à propos des conséquences de la doctrine.
    • Comment cela se passe-t-il dans les autres pays ? Comparaison sur les constructions sur le plan européen à chercher ici

    ADIVBOIS : commissions et actions

    • Autres ressources : GUIDE POUR LE TRAITEMENT DES POINTS SINGULIERS ET DES INTERFACES ENTRE ELEMENTS DE CONSTRUCTION DANS LES BÂTIMENTS BOIS VIS-A-VIS DU RISQUE INCENDIE 10/03/2020 https://www.adivbois.org/wp-content/uploads/adivbois-guide-interfaces-1.pdf
  • iceb café
    12 Sep 2022 à 18h00

    Accompagner les acteurs de la transition : outils et retours d'expérience dans le bâtiment

    libre - Sur réservation exclusivement

    En savoir plus

UA-124718602-1